Et si on prolongeait l’été?

Publié le Mis à jour le

Vous goûterez bien les délicieuses glaces d’Anna et Matteo?

J’ai envie de ressortir le maillot de bain!

La semaine de la rentrée est passée. L’été est derrière nous. Je ne sais pas vous, mais moi je suis déjà nostalgique de ces grandes vacances. De son ambiance, car à cette période de l’année les esprits sont plus calmes, on découvre d’ailleurs certaines personnes sous un autre visage. Et c’est plutôt agréable.

Alors cette semaine, je vous propose de prolonger le plaisir et de vous offrir de jolis rayons de soleil avec Abby Clements. Les divines glaces à l’italienne d’Anna constitue la suite d’une première aventure: La merveilleuse boutique de crèmes glacées de Viviane.

Comment on en est arrivé là

Dans ce premier tome, on rencontre Anna qui mène une belle carrière professionnelle du côté de Brighton en Angleterre, qui file le (semble-t-il) parfait amour avec son petit ami. Ils viennent d’ailleurs d’acheter un appartement. Mais voilà, le décès de sa grand-mère Viviane, dont elle était extrêmement proche, remet en perspective la mécanique bien huilée de sa vie. L’héroïne se bat avec sa soeur cadette pour garder les rênes de la boutique de crèmes glacées de Viviane. Le pari semble perdu d’avance. Mais Anna s’accroche. Bon, je n’en dis pas plus, si certains d’entre vus décidaient de s’y plonger.

De l’Angleterre à l’Italie

Dans cette nouvelle aventure, Anna et son mari italien Matteo savourent le bonheur de la vie familiale, avec leur adorable fillette Bella, et la réussite de leur entreprise de crèmes glacées. Les choses se compliquent un peu (il faut bien qu’elles se compliquent toujours, non ?), lorsque Matteo souffre du mal du pays. La famille décide de tenter l’expérience d’un été en tenant une gelateria sur la côte amalfitaine. Idyllique me direz-vous! Bon sauf quand la belle-mère extrêmement protectrice s’en mêle…

De la gourmandise et du suspense

J’ai vraiment apprécier la douceur de ce roman. La douceur à l’italienne tout simplement. Je me suis totalement sentie transportée à Sorrente. A tel point que certaines situations clichées, certains dialogues un peu tirés par les cheveux ne m’ont finalement pas dérangé. Ce roman est parfait pour se délasser, pour se vider la tête et voyager rien qu’en fermant les yeux. Une recette pas si mauvaise que ça en ce début d’année scolaire. De quoi recharger encore un peu les batteries, et pourquoi pas de planifier une escapade sur la côte amalfitaine…

Pour acheter le livre, cliquez juste ici : Les Divines glaces à l’italienne d’Anna

Publicités

Le ciel étoilé de Virginie Grimaldi

Publié le

La talentueuse Virginie Grimaldi nous propose une histoire tendre et pleine d’espoir avec ce roman.

Quand tout va de travers

La vie de famille est souvent loin d’être un long fleuve tranquille. Et ce n’est pas Anna Moulineau qui me contredirait. Le personnage principal du fantastique roman de Virginie Grimaldi, Il est grand temps de rallumer les étoiles, est submergé par les problèmes. Mère célibataire, elle élève ses deux filles, Chloé et Lily. Leur cadre de vie, une cité, ne fait pas rêver. La réalité rappelle à leur porte tous les jours. Son boulot de serveuse ne lui suffit pas pour faire vivre le foyer. Et lorsque l’histoire commence, Anna doit éponger une dette de 12 689 €.

« Depuis plusieurs mois, depuis que j’ai compris que je ne m’en sortirais jamais, depuis que mon estomac fabrique des ulcères et mon sommeil des cauchemars, je me suis transformée en autruche. » Parce que c’est vrai, il est parfois plus facile de fermer les yeux sur certains problèmes que de les affronter. Voilà une situation que nous pourrions tous rencontrer…

Toucher le fond pour mieux rebondir

Dans ce récit à trois voix, Virginie Grimaldi nous donne le point de vue des trois personnages principaux du livre : Anna et ses deux filles. Et c’est ainsi qu’on comprend mieux ce qui les sépare mais aussi ce qui les unit. Les choix d’Anna, notamment le père des de ses enfants, ne sont pas toujours acceptés par Chloé et Lily. Leur mère fait pourtant de leur mieux pour les protéger et les aider à grandir correctement.

Mais voilà, les problèmes eux, notamment financiers, ne restent pas enfouis sous terre bien longtemps. Alors Anna tente le tout pour le tout et emmène ses filles à l’aventure. Une aventure en camping-car qui les mènera en Scandinavie.

L’objectif est simple : rallumer les étoiles. Réunir sa famille, se ressourcer, et trouver la force, en rentrant, d’affronter les ennuis laissés devant la porte de leur appartement. Ce voyage ne sera lui non plus de tout repos. Mais de belles rencontres attend le trio. A commencer par la rencontre avec elles-mêmes.

Ce roman, extrêmement touchant et authentique, m’a transporté. Et m’a empli d’espoir. Merci Virginie Grimaldi!

My Girl’s dream.

Régime végétarien pour les lions de Raphaëlle Giordano

Publié le

Changement en vue

Ce roman m’a vraiment fait du bien. Raphaëlle Giordano a consacré un livre entier aux pervers narcissiques, aux petits chefs, à toutes ces personnes qui ont un peu ou beaucoup de pouvoir et qui se défoulent sur leur équipe, leur famille, leur entourage… Qui sont prêtes à tout pour arriver au sommet, en faisant souvent de gros dégâts autour d’eux. L’auteur met en lumière un système qui ne fonctionne plus. Dans lequel les salariés sont très souvent maltraités. Leurs compétences ne sont pas toujours mises en avant ou récompensées. Mais elle parle aussi de toutes ces personnes qui gangrènent les relations humaines en se comportant comme des despotes. On en connaît tous dans notre vie professionnelle et/ou dans le cadre privé.

Rassurez-vous, il ne s’agit pas d’une ode à ce type de personnage! Bien au contraire, Le jour où les lions mangeront de la salade verte constitue un véritable message d’espoir : certaines situations peuvent changer, certains être peuvent s’améliorer. C’est peine perdue pour d’autres, je vous le concède. Mais de l’autre côté, nous ne sommes pas non plus obligés de subir. Se rebeller a parfois du bon.

La méthode Romane Gardener

La pétillante Romane Gardener, fraîchement divorcée, a mis au point un programme de déburnerie. « La burnerie… C’est le nom qu’elle avait trouvé pour nommer l’ensemble des comportements plus ou moins nuisibles auxquels presque tout le monde était confronté dans son quotidien, au bureau, à la maison ou partout ailleurs. (….) Parmi les caractéristiques fréquentes, on retrouvait à des degrés variés chez les sujets à la burnerie : une certaine inflation de l’ego, un instinct de domination et un sentiment de supériorité (…) ainsi qu’un penchant naturel pour les jeux de pouvoir ou les rapports de force. (…) sa mission apparaissait triple : aider les gens à affronter les comportements burnés (…), éveiller les consciences (…) et, enfin, accompagner le changement des personnes qui le souhaitaient. » (p.13-14, Pocket).

Et le nouveau groupe qui attend la jeune femme va lui donner du fil à retordre! Particulièrement, l’homme d’affaires d’une importante entreprise de cosmétiques Maximilien Vogue, archétype du business man, l’arrogance incarnée. Cette rencontre va permettre aux deux personnages, au maître et à l’élève, de se découvrir un peu plus, de s’aventurer sur des sentiers escarpés, avec un seul but au final : le bonheur.

La manière dont Raphaëlle Giordano a choisi de traiter ce sujet est épatante. J’ai d’ailleurs prévu d’offrir un exemplaire à une ou deux personnes de mon entourage. Et vous?

My Girl’s dream.

On a tous quelqu’un atteint de burnerie dans notre entourage, non?

Cold case version Joël Dicker

Publié le Mis à jour le

20 ans séparent les deux séries de meurtres. Orphea en est le point commun.

Un thriller dans les Hamptons

Il s’agit du troisième roman de Joël Dicker que je dévore littéralement. Après Le livre des Baltimore et La Vérité sur l’affaire Harry Québert, je me suis laissée embarquer pour Orphea, son festival de théâtre, son histoire, ses secrets et … ses meurtres. Avec La Disparition de Stephanie Mailer Poche, le talentueux romancier lève le voile sur un horrible quadruple meurtre qui a endeuillé cette petite ville sur la côte Nord-Est des Etats-Unis. Une région qu’affectionne particulièrement l’auteur suisse, né à Genève en 1985.

On pourrait d’ailleurs facilement s’imaginer dans une bonne série télé, dans laquelle un duo d’inspecteurs en fin de carrière est obligé de rouvrir une enquête qu’ils croyaient pourtant close. Car dans cette petite station balnéaire des Hamptons, le célèbre festival de théâtre attire, comme chaque année, une foule de spectateurs et de connaisseurs. Mais 20 ans plus tôt, en 1994 le soir de la première, le maire de la ville, sa femme, son fils, et une habitante du quartier ont été abattus de sang froid. Le policiers étaient certains d’avoir mis la main sur le meurtrier. Jusqu’à ce que la journaliste Stéphanie Mailer déterre le dossier. Et finisse par disparaître.

Un roman policier qui tient ses promesses

Les secrets enfouis des habitants de cette petite ville, mais aussi de nouveaux personnages qui viennent se greffer à cette histoire sont peu à peu dévoilés. Le suspense est intense. Les impasses nombreuses avant que la vérité ne finisse par éclater. Joël Dicker est parvenu une nouvelle fois à trouver tous les ingrédients nécessaires pour que ce roman policier tienne toutes ses promesses. Voilà donc un nouveau succès littéraire pour le fringant trentenaire. Car il a été impossible pour moi de lâcher le livre, tellement j’étais impatiente de savoir si ma théorie était finalement la bonne. Bien entendu, j’étais loin du compte!

Preuve en est du succès littéraire de Joël Dicker: l’adaptation pour le petit écran de La Vérité sur l’affaire Harry Québert. Je ne serais d’ailleurs pas surprise que La disparition de Stéphanie Mailer soit lui aussi adapté pour la télé. Affaire à suivre…

Fendre l’armure selon Anna Gavalda

Publié le

L’auteur se dévoile en sept nouvelles dans ce recueil.

Histoires courtes et captivantes

J’ai découvert l’incroyable talent d’Anna Gavalda avec son roman à succès Ensemble c’est tout. Je me souviens encore des émotions que cette lecture m’avait procurée. Alors bien entendu, j’ai continué à lire ses oeuvres. La dernière en date est un recueil de sept nouvelles : Fendre l’armure. En me réfrénant, j’ai réussi à faire durer le livre… deux jours! C’était captivant et si agréable à lire.

A chaque chapitre, l’auteur nous invite dans la vie de personnages différents. On peut croire parfois à des scènes banales. On peut se demander où elle va nous emmener. Oh Anna Gavalda n’est pas perdue! Elle sait exactement quel chemin emprunter pour nous faire sourire, nous toucher, nous surprendre…

Des morceaux de vie

Cet ouvrage paru en 2017 (Le Dilettante) met en scène des copines dans une soirée qui s’annonce pourrie, une mère et ses enfants qui tentent tant bien que mal de survivre et de se reconstruire. L’auteur évoque aussi la difficile réalité de devoir survivre à la perte d’un être cher. Ou encore le quotidien d’un homme qui se fait mener par le bout du nez par un petit brin de femme. On découvre encore la vie de parents, ballotés entre leurs vies professionnelles et leurs responsabilités familiales.

Anna Gavalda en profite pour nous parler des relations entre voisins, qui ne se connaissent pas la plupart du temps, et ne font que se croiser sans chercher à se connaître… Sans oublier une touche de romanesque avec les relations amoureuses de jeunes gens insouciants.

Voilà une lecture parfaite, selon moi, pour se détendre en cette période estivale. Bonnes vacances!

La musique de sa vie

Publié le Mis à jour le

Découvrez la vie de la chanteuse Cass Wheeler au fil de ses compositions.

Un roman au fil des époques

Cette semaine, on parle musique avec La Ballade de Cass Wheeler. Le roman de Laura Barnett nous fait découvrir la chanteuse et musicienne anglaise, en traversant les différentes périodes de sa vie. Chaque chapitre de sa vie correspond à une partie du livre justement, et renvoie à une chanson dont les paroles sont retranscrites en anglais et en français.

Ces compositions constituent véritablement le fil rouge du livre. On pourrait être déstabilisé au début de sa lecture. Mais ce style d’écriture rythme parfaitement la narration. Vous avez d’ailleurs peut-être déjà été séduit par la plume de la journaliste Laura Barnett avec son premier roman : Quoi qu’il arrive. Je vous en parlais d’ailleurs en juillet 2018. C’était mon coup de coeur de l’été. (Cliquez sur le lien pour (re)lire cet article.) Sa manière de jongler avec les époques, sans s’emmêler les pinceaux et sans perdre son lecteur, m’avait déjà fascinée.

Quand la passion est plus forte

S’il faut plusieurs centaines de pages pour nous faire revivre le destin de Cass Wheeler, ce n’est en réalité qu’une seule journée qui s’écoule. Une seule journée durant laquelle l’artiste, en préparant son come-back, réécoute ses compositions. Chacune est inspirée de sa vie, de ses bonheurs mais aussi de ses souffrances : son père aimant mais effacé, sa mère qui l’a abandonnée, l’amour passionnel pour son mari… Mais aussi l’univers de la musique dans les années 1970, la difficulté de percer, la gloire et les tournées mondiales, les dessous du succès… Difficile de croire que ce n’est qu’en une seule journée qu’on apprend à connaître Cass Wheeler. Et pourtant.

Je me suis surprise à ressentir les mêmes émotions qu’elle, à avoir envie de la secouer parfois, de la prendre dans mes bras à d’autres moments. A admirer aussi son incroyable talent. Sa vie était loin d’être parfaite. Artiste, femme, mère de famille : autant de rôles qu’il n’est pas toujours facile de concilier. Posant irrémédiablement la place de la femme dans ma société. Qui – trop – souvent doit choisir entre sa vie de famille et sa carrière professionnelle.

En tout cas, c’est une belle façon de jeter un regard sur sa vie, de l’analyser. Et surtout d’accepter ses erreurs pour continuer à avancer.

De Londres à la campagne : guide de survie

Publié le

Cette semaine, on prend un bol d’air à la campagne avec Abby Clements.

Se débarrasser de ses habitudes de citadin

Ca vous dirait de prendre un bol d’air cet été? Alors embarquez avec moi pour le Kent! Ou plutôt avec Amelia, le sympathique personnage principal du roman d’Abby Clements, Le Charmant cottage d’Amelia. Professeur de littérature dans un lycée classé dans une zone sensible de la banlieue de Londres, cette future trentenaire décide de réaliser un des ses rêves avant de passer à ce chiffre fatidique : aller s’installer à la campagne. J’avoue que d’emblée je me suis demandée pourquoi elle s’obstinait à suivre cette idée saugrenue. C’est vrai quoi : pourquoi échanger un quotidien trépidant dans cette capitale (que j’adore d’ailleurs), pour aller s’enfermer dans un environnement inconnu et bien moins confortable ? Bon finalement, j’ai décidé d’écouter les arguments d’Amelia, qui a d’ailleurs réussi à convaincre son mari Jack de l’intérêt de ce déménagement. Mode nature activé donc!

Trouver le cottage idéal

Le titre est une promesse en soi : Amelia ne veut pas seulement vivre à la campagne, elle veut trouver un nid douillet. Mais voilà, le charmant cottage dont elle rêve a un coût. Et sa récente démission sur un coup de tête ne rassure pas trop son banquier. Il faudra donc voir ses prétentions à la baisse. Cette nouvelle aventure sera synonyme de renouveau, mais pas seulement…

Se (re)découvrir

La jeune femme va se retrouver confronter à ses peurs, mais aussi à des choix décisifs parfois à l’opposé de ceux de son mari. Le couple parviendra-t-il à faire de Brambledown Cottage leur havre de paix, tout en assurant leur avenir professionnel, sans plomber leur compte bancaire et surtout en s’y projetant avec une famille? Ce sont autant d’obstacles qui attendent Amelia et Jack. Qui devront en même temps se faire une place dans une communauté, fatiguée de voir le prix de l’immobilier flamber à cause des Londoniens à la recherche d’une résidence secondaire version Hamptons.

Et comme si ça n’était pas suffisant, Amelia va apprendre un lourd secret de famille, qui va profondément l’affecter. L’enseignante, à la recherche d’un emploi dans un lycée du Kent, posera ainsi un regard différent sur son passé, et envisagera l’avenir sous un tout autre angle.

En quelques jours seulement, j’ai suivi les aventures d’Amelia et Jack. Parfois j’ai eu envie de la secouer, à d’autres moment de la prendre dans mes bras. J’ai vraiment passé un bon moment. Et j’espère que ce roman vous délassera également!

Bonne lecture!